Biodiversité

LUTTE CONTRE L’AMBROISIE

Qu’est-ce que la biodiversité ?


La biodiversité est un concept apparu dans les années 1980. L’usage du mot biodiversité est relativement récent mais la biodiversité est, elle, très ancienne puisqu’elle est le résultat de la longue histoire de la terre et de l’évolution du monde vivant qui s’étale sur plusieurs milliards d’années.

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète. Plus précisément, la biodiversité recouvre l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie (plantes, animaux, champignons, bactéries, virus…) ainsi que toutes les relations et interactions qui existent, d’une part, entre les organismes vivants eux-mêmes, d’autre part, entre ces organismes et leurs milieux de vie. Nous autres humains appartenons à une espèce – Homo sapiens – qui constitue l’un des fils de ce tissu.

La notion même de biodiversité est complexe car elle comprend trois niveaux interdépendants :

      • La diversité des milieux de vie à toutes les échelles : des océans, prairies, forêts, etc, au contenu des cellules (pensons aux parasites qui peuvent y vivre) en passant par la mare au fond de son jardin ou encore les espaces végétalisés en ville… ;
      • La diversité des espèces (dont l’espèce humaine !) qui vivent dans ces milieux, qui interagissent entre elles (prédation, coopération, symbiose…) et qui interagissent avec leur milieu de vie ;
      • La diversité des individus au sein de chaque espèce (autrement dit, nous sommes tous différents !). Les scientifiques parlent de diversité génétique.

        La biodiversité est menacée !


        Environ 1,8 million d’espèces animales et végétales différentes ont été décrites à la surface de notre planète. Or, le travail de recensement de l’existant est loin d’être fini. Mais aurons-nous le temps de tout découvrir ? La communauté scientifique estime en effet que la moitié des espèces vivantes que nous connaissons pourrait disparaître d’ici un siècle, compte tenu du rythme actuel de leur disparition : 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel d’extinction ! Cette érosion accélérée de la biodiversité n’est pas naturelle car quasi exclusivement liée aux activités humaines. Pourtant, préserver la biodiversité, c’est préserver ce qui nous apporte nourriture, santé, sources d’énergie…

        Cinq causes majeures d’atteinte à la biodiversité sont aujourd’hui identifiées :

            • La fragmentation et la destruction des milieux naturels liées, en particulier, à l’urbanisation croissante et à l’expansion des terres agricoles ;
            • La surexploitation d’espèces sauvages (surpêche, déforestation, braconnage…) ;
            • L’introduction d’espèces exotiques envahissantes (ragondin, le vison d’Amérique…) ;
            • Les pollutions (d’origine industrielle, agricole, …) ;
            • Le changement climatique (qui a un effet direct ou indirect sur la biodiversité) : en modifiant les conditions de vie des espèces, le changement climatique les contraint à des migrations ou à adapter leurs modes de vie, ce que toutes les espèces ne sont pas capables de faire. On estime que le changement climatique pourrait entraîner la perte de 15 à 37 % des espèces vivantes d’ici 2050.”

        Source : developpement-durable.gouv.fr

        Liens et informations utiles


            • Interdiction taille de haies

        L’Arrêté du 24-04-2015 relatif aux règles de bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) interdit désormais de tailler les haies et les arbres du 1er avril au 31 juillet (période de reproduction et de nidification des oiseaux).

        “Pourquoi compter ? Pour aider les scientifiques à comprendre quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins. Les migrateurs reviennent-ils plus tôt quand le printemps est précoce ? Les oiseaux granivores viennent-ils plus aux mangeoires dans les jardins proches des plaines agricoles où les graines sauvages manqueraient en hiver ? Comment les aménagements urbains agissent sur la capacité des oiseaux à vivre en ville ? Autant de questions qui auront des réponses grâce à vos contributions ! “

        Source : www.oiseauxdesjardins.fr

          La déclaration de ruches quelle qu’en soit l’objectif et la taille est une obligation, la déclaration annuelle doit se faire entre le 1er septembre et le 31 décembre et dès le départ quand il s’agit d’une nouvelle colonie. Les apiculteurs, associations, professionnels ou particuliers sont tous soumis à cette déclaration

          La déclaration peut se faire par internet : Déclaration de détention et d’emplacement de ruches – Cerfa 13995*04

          <  en savoir plus  >